Share
"Préhistoire". Itinéraires d’un mot dans les champs du savoir
Du 22 Mai 2018 au 23 Mai 2018

9h00-18h30

Musée d'Archéologie nationale (22 mai) et INHA (23 mai)


Après de premiers emplois sporadiques dans les années 1840, le mot de « préhistoire » s’est imposé dans les principales langues européennes à la fin des années 1860, avec une rapidité qui signale l’intensité du besoin collectif auquel il répondait. Bien sûr, la science positive s’est efforcée de réduire son indétermination sémantique, par l’introduction d’innombrables catégories internes. À cette taxinomie fébrile, cependant, la culture commune a unanimement répondu par l’affirmation de la seule idée de « préhistoire », bloc nébuleux où le rapport entretenu par le monde occidental avec l’idée d’origine, à l’ère de la technique industrielle, n’a plus cessé de se refléter. Au-delà de ce que la science préhistorienne, non sans fluctuations, cherchait à délimiter sous ce vocable, une idée de la préhistoire s’est ainsi installée dans les consciences, imbrication d’observations, de pensées et de fantasmes, constellation de représentations qui continuent à désigner aujourd’hui un besoin de réagir aux clivages historiques de la modernité.

C’est pourquoi le mot et ses horizons de sens se retrouvent dans de multiples champs du savoir ; en s’inscrivant dans ces différents contextes épistémologiques, ils contribuent à enraciner toujours davantage l’idée de préhistoire dans nos consciences et lui confèrent des valeurs métaphoriques variées. Le but de ce colloque est donc de rapprocher différents types de discours autour du mot « préhistoire », afin de délimiter les définitions et les usages du mot et des idées qu’il véhicule dans les dispositifs conceptuels d’une dizaine de disciplines : anthropologie biologique et culturelle, archéologie, sciences paléo-environnementales, histoire, histoire de l’art, études littéraires, philosophie, psychanalyse, théologie.

Entre un et trois spécialistes de chacune de ces disciplines seront associés pour donner son plein déploiement à la transdisciplinarité intrinsèque à la notion (ou à la métaphore) de la préhistoire, au-delà du seul champ des sciences préhistoriennes. A partir de là, il s’agira de cartographier divergences et récurrences, évolutions et permanences dans les interprétations et les usages du mot, et de parvenir à une compréhension à la fois plus précise et plus complexe des besoins et des apories de notre présent, tels que les révèle, dans son insistance, sa centralité et son indétermination même, l’idée de préhistoire.

Participants :

  • Oscar Moro Abadía
  • Sophie A. de Beaune
  • Catherine Breniquet
  • Fanny Defrance-Jublot
  • Frédéric Keck
  • Richard Kuba
  • Rémi Labrusse
  • Gérard Lenclud
  • Patrick Mérot
  • Chloé Morille
  • Nathalie Richard
  • Catherine Schwab
  • Maria Stavrinaki
  • Jean Vioulac

Vénus de Grimaldi © Musée d'Archéologie nationale - Domaine de St-Germain-en-Laye

Contacts

Contact

Hélène de Foucaud - hdefouca(AT)parisnanterre.fr

Accès

Accès

Musée d'Archéologie nationale (22 mai) et INHA (23 mai)
9h00-18h30 _____