Share
Les universalités muséales dans les grandes métropoles occidentales du XVIIIe siècle au XXe siècle

Ce colloque, présidé par le Professeur Hervé Inglebert (Université de Paris-Nanterre) et la Professeure Sandra Kemp (Musée Victoria et Albert), se tient à l’Université de Paris-Nanterre le vendredi 5 mai 2017. L'appel à contributions est ouvert jusqu'au 15 mars 2017.

Vers 1900, chaque grande métropole occidentale proposait aux visiteurs, par l’addition de ses collections d’art, d’archéologie, d’art appliqués, de sciences et d’ethnographie une représentation particulière de l’universalité de l’humanité et de sa place dans l’univers. Des circonstances différentes avaient contribué à l’expansion des collections muséales (par exemple, les spoliations coloniales, le marché des œuvres d’art, et les dons de divers mécènes), et souvent le rassemblement des objets avait précédé la réflexion épistémologique sur la raison d’être de leur présence dans chaque institution. Cependant, il y avait aussi des éléments communs qui influencèrent le développement des musées occidentaux : intellectuels, une même conception de l’universalité encyclopédique héritée des Lumières mais transformée ensuite par le développement des savoirs et des sciences ; économiques, la révolution industrielle et les nouveaux intérêts commerciaux mondialisés ; politiques, l’émergence des États-nations et des Empires ; sociaux, la croissance de la bourgeoisie et des nouveaux espaces de récréation. Toutes ces évolutions, ainsi que l’enrichissement des collections, amena une réflexion sur les taxonomies muséales et les manières d’exposition des objets. Dans le même contexte et face aux mêmes évolutions, les historiens qui tentaient d’écrire des histoires universelles à partir des connaissances rassemblées sur de nombreux peuples affrontaient les mêmes défis méthodologiques. Toutefois, l’impact réciproque des réflexions historiographiques et muséologiques sur l’universalité n’a guère été analysé.

Cet atelier vise à réfléchir le rôle des musées et de la collation des objets sur l’évolution épistémologique qui a redéfini les savoirs sur le monde et sur l’humain, créant ainsi de nouvelles disciplines et à examiner l’action des objets sur la création des histoires universelles. L’atelier insistera aussi sur le développement concret des espaces muséaux, par l’expansion et/ou la fragmentation des collections, le déplacement des objets et savoirs dans divers musées, et la relation entre ces institutions qui produisit des universalités muséales dans les grandes métropoles occidentales.

L’atelier sollicitera la comparaison transdisciplinaire et transnationale des universalités muséales, et nous nous intéressons à toutes communications ou posters qui proposent une réflexion sur le développement des musées au cours du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Nous invitons des contributions principalement, mais pas uniquement, sur les sujets suivants:

  • La définitions des universalité dans les musées – particulièrement en relation avec les pensées contemporaines dans l’historiographie, la philosophie de l’histoire, et l’histoire des savoirs et des sciences.
  • Les études sur les musées universels européennes et nord-américaines – particulièrement ceux de Londres, Paris, St. Pétersbourg, Berlin, Rome, Philadelphia, New York, Washington DC.
  • Les études sur les expositions universelles – en insistant particulièrement sur leurs relations avec les musées et l’histoire des collections.

Information:

  • Propositions pour communications : 300 mots maximum (communications de 30 minutes)
  • Propositions pour posters : 300 mots maximum (les participants seront invités a résumer leur recherche en 5 minutes maximum)

Date limite d’envoi des propositions: 15 Mars 2017.
Les propositions seront à envoyer au courriel suivant: universalhistoriesmuseums@gmail.com.
Les participants recevront la notification d’acceptation entre le 25 Mars 2017.

Nous voulons publier les communications présentées lors des ateliers du projet ‘Histoires universelles et musées universels’ dans un numéro spécial d’une revue internationale