Share

Participants

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Share
Déplier Replier

Sophie A. de BEAUNE


Titre:  Professeur des universités (Préhistoire)
Institution:  Archéologies et Sciences de l'Antiquité (ArScAn)


Co-responsable du projet:  « Préhistoire ». Interprétations, appropriations et usages contemporains


Page Perso:  Page de Sophie A. de Beaune sur le site d'ArScAn (http://www.arscan.fr/ethnologie-prehistorique/composition-de-lequipe/sophie-archambault-de-beaune/)


La préhistoire au présent

Sous la direction de Sophie A. de Beaune et Rémi Labrusse

La question des origines s’est toujours posée à l’humanité. Longtemps, ce passé nébuleux a fait l’objet de constructions plus proches des mythes et légendes que d’une quelconque histoire de l’homme. C’est au xixe siècle que le mot « préhistoire » est entré dans le langage courant. Pour autant, les horizons qu’il évoque ne sont pas les mêmes selon qu’on est adulte ou enfant, spécialiste ou néophyte. Des désirs différents y résonnent. Ils contribuent à donner toute sa richesse et sa complexité à l’idée de préhistoire aujourd’hui.

La préhistoire des préhistoriens est très concrète, forgée à partir d’indices matériels qu’ils réunissent à la manière de détectives. Malgré l’absence de documents écrits, cette très longue durée est mieux comprise grâce aux techniques fines de fouille, aux progrès des datations et de l’analyse des vestiges. Anthropologues, philosophes, psychanalystes et historiens portent sur la préhistoire un oeil plus distancié. Artistes et écrivains y voient un monde perdu, un âge d’or, à moins qu’elle ne soit pour eux le miroir déformant de notre propre société. Autant de visions qui se nourrissent mutuellement.

Ont collaboré à cet ouvrage préhistoriens, historiens, philosophes, anthropologues, psychanalystes, spécialistes d’histoire de l’art et de littérature, mais aussi des médiateurs, des artistes et des écrivains comme Renaud EgoMaylis de KerangalZad Moultaka et Jean-Loup Trassard, qui ont accepté de raconter leur rencontre avec la préhistoire. 


Editeur:  CNRS Editions
ISBN:  978-2-271-13641-1
URL / DOI:  Site de l'éditeur

Damien AGUT


Titre:  Chargé de recherches CNRS
Institution:  Archéologies et Sciences de l'Antiquité (ArScAn)

Share
Déplier Replier

Aarthi AJIT


Titre:  Doctorante contractuelle du labex Les passés dans le présent
Institution:  Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative, UMR 7186, Université Paris Ouest Nanterre La Défense


Email:  thememorygame@gmail.com


Bio

Doctorante contractuelle dans le cadre du Labex Les passés dans le présent, Aarthi Ajit se spécialise dans l’étude de l'oralité et du rôle de la mémoire dans la transmission intergénérationnelle de la culture matérielle. Les recherches d’Aarthi visent à comprendre comment les valeurs, le patrimoine et la mémoire voyagent du passé au présent, à travers les souvenirs de Maisons nobiliaires qui n'existent plus, dans le Kerala, Inde du Sud, connues sous le nom de tharavads. Elle étudie les raisons socio-culturelles pour lesquelles les tharavads du Kerala ont été  démolies ou sont en cours de démolition, afin d'explorer ce que cela implique pour les pratiques patrimoniales contemporaines parmi les émigrants kéralais à l'étranger, aussi connus sous le nom de diaspora Malayali. Ce qui se joue dans la trajectoire de migration des Malayalis est un déplacement particulier de la mémoire, qui commence par le déplacement physique de la famille de la tharavad. Ceci a des implications sur la façon dont l'histoire vernaculaire et les valeurs sont transmises à la génération suivante via des objets contenant la mémoire du "foyer" originel. En s'interrogeant sur comment sont créées, héritées et reproduites les "responsabilités" ancestrales et actuelles des descendants de tharavads démolies au Kerala, Aarthi étudiera comment les histoires orales et les objets issus de l'ancien complexe de la Maison nobiliaire peuvent agir comme catalyseurs d'une mémoire culturelle se perpétuant au-delà de l'existence physique de la tharavad.

Share
Déplier Replier

Shaker AL-SHBIB


Titre:  Docteur
Fonction:  Post-doctorant au sein du labex Les passés dans le présent
Institution:  Université Paris Nanterre , Archéologies et Sciences de l'Antiquité, UMR 7041


Participe au projet:  Archives de fouilles de sites préhistoriques et antiques


Email:  shakershbib@yahoo.fr
Page Perso:  Page de Shaker Al-Shbib sur le site d'Arscan (http://www.arscan.fr/apohr/equipes/shaker-shbib/)


Bio

Shaker Al SHBIB est un archéologue syrien qui a travaillé jusqu'en 2011 à la Direction Générale des Antiquités et des Musées (DGAM) en Syrie. Il a été le directeur des fouilles et recherches archéologiques dans la région d'Idlib (2005-2011), et conservateur adjoint au Musée archéologique d'Idlib (2003-2005).

Shaker Al SHBIB a obtenu ses diplômes Master (2006) et Doctorat (2015) à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a mené ses recherches sur les fortifications hellénistiques, romaines et byzantines, notamment en Syrie. Il a codirigé les Missions syro-française d’Apamea (2003-2005), syro-libanaise de Cyrrhus (2006-2011) et la Mission syro-espagnole de Tall As Sin (2005-2008). Il a également participé à un certain nombre de projets archéologiques, dont la mission syro-japonaise dans la région de Raqqa (2005-2006), Doura-Europos (2002-2008) et Tell Afis (2004-2005).

En 2015, il a rejoint le LabEx les passés dans le présent dans le cadre du projet « archives de fouilles des sites préhistoriques et antiques ». Il travaille, à la fois, sur les archives et la documentation de la mission française en Syrie du Sud, et sur la publication de sa thèse intitulée Les fortifications de Cyrrhus-Nabi Houri de la période hellénistique à la reconstruction par Justinien.

Shaker AL SHBIB est également un expert en patrimoine à la Smithsonian institution et au Penn Museum. Il travaille sur le projet de sauvegarde du patrimoine en Syrie et en Iraq (SHOSI) depuis janvier 2014. Il a planifié et coordonné les projets de préservation d'urgence au musée de Ma'arrat AL-Nouman, dans les villages antiques de Syrie du nord, patrimoine mondial de l'UNESCO, et d'Ebla.

Pierre ALLARD


Titre:  Chargé de recherche, CNRS
Institution:  Préhistoire et technologie, UMR 7055

Share
Déplier Replier

Lucas ANICETO


Titre:  Postdoctorant
Institution:  Labex Les passés dans le présent


Participe au projet:  Carnets de fouilles. La documentation archéologique immergée (1898-1946). Deux cas d'études, entre Gaule et Italie préromaine


Bio

Lucas Aniceto est docteur en archéologie classique. Diplômé de l’université de Bourgogne (Dijon), de l’Istituto degli Studi L’Orientale (Naples) et de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il a soutenu en 2019 une thèse de doctorat consacrée aux agglomérations samnites, lucaniennes et brettiennes de l’époque hellénistique, sous la direction du Prof. O. de Cazanove (Paris 1). Ses recherches, consacrées à la fois à la géographie urbaine des établissements fortifiés de l’hinterland italien et à leur mise en réseau au sein de dynamiques territoriales spécifiques, visent à replacer ces problématiques dans le phénomène plus largement européen de l’urbanisation indigène et de l’émergence des oppida à la fin de l’âge du Fer. Possédant une solide expérience de terrain, il mène depuis quelques années une étude approfondie du site préromain et romain d’Eboli (Campanie) à partir de la documentation d’archive, en vue d’une publication des fouilles françaises menées sur le site entre 1973 et 1984.

Il a rejoint en 2021 le Labex Les passés dans le présent dans le cadre du projet Cardo (Carnets de fouilles. La documentation archéologique immergée (1898-1986). Deux cas d'étude, entre Gaule et Italie préromaine).

Share
Déplier Replier

Sylvain ANTICHAN


Titre:  Docteur en Science politique
Institution:  Institut des Sciences sociales du Politique, UMR 7220


Participe au projet:  Étude des appropriations sociales des expositions historiques


Email:  sylvain.antichan@yahoo.fr


Bio

Sylvain Antichan est docteur en Science politique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), qualifié aux sections 04, 19 et 22 du CNU. A la croisée de la sociologie de la politisation, de la citoyenneté et de la mémoire, ses recherches portent sur la contribution de l’histoire et de l’iconographie aux processus de légitimation de l’État et aux dynamiques d’identifications politiques. Sa thèse de doctorat, soutenue en octobre 2014, a pour objet le musée historique du château de Versailles (1830-1950). Ses recherches en cours interrogent les politiques publiques de la mémoire et leurs appropriations sociales à travers deux terrains distincts : les visiteurs d’expositions historiques et les réactions aux attentats. Il a notamment publié « Penser le nationalisme ordinaire avec Maurice Halbwachs » (Raisons politiques, n°37, 2010) et École, musée, citoyenneté ? (Re)visiter les expositions d’histoire en compagnie des élèves (La documentation française, 2016).
En parallèle, il a enseigné aux Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, François Rabelais de Tours et Paris-Dauphine.


Visites scolaires, histoire et citoyenneté

Sylvain ANTICHAN , Sarah GENSBURGER , Jeanne TEBOUL , Gwendoline TORTERAT


Editeur:  La Documentation française
ISBN:  978-2-11-010193-8
URL / DOI:  Site de la Documentation française

La commémoration en pratique : les lieux sociaux du rapport au passé


Editeur:  BDIC
ISBN:  0769-3206
URL / DOI:  Lire l'article en ligne

Faire l’expérience de l’histoire ? Retour sur les appropriations sociales des expositions du centenaire de la Première Guerre mondiale


Editeur:  BDIC
ISBN:  0769-3206
URL / DOI:  Lire l'article en ligne

Un terrain en train de se faire. Éléments sur le (possible) paradoxe de la transmission


URL / DOI:  Lire le billet de blog

Quand les publics s'approprient l'histoire - Working Paper


URL / DOI:  Published on the blog MEMU

Quand les publics s'approprient l'histoire - Working Paper


URL / DOI:  Publié sur le blog MEMU

Laurent AUBRY


Titre:  Ingénieur de recherche, CNRS


Participe au projet:  Monuments d’Orient