Share
Colloque interlabex : Les patrimoines en recherche(s) d'avenir - 24 et 25 septembre 2016 à la BnF

Au cours des trois dernières années, les laboratoires d’excellence (labex) Les passés dans le présent et Patrimoines matériels (Patrima) ont développé des liens de coopération autour des problématiques contemporaines de la recherche sur le(s) patrimoine(s). Ils l’ont fait sur la base de contenus et de dispositifs de recherche qui renouvellent les approches, ouvrant la voie à des pratiques communes de recherche avec les institutions patrimoniales.

Avec la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication et la Bibliothèque nationale de France, ces labex portent un projet de colloque résolument interdisciplinaire. Cet événement, qui fédère l’ensemble des labex travaillant sur le champ patrimonial, rassemble acteurs de la recherche et du patrimoine. Il a pour objectifs de présenter les recherches en cours et de proposer des pistes de recherche pour l’avenir.

Le patrimoine au XXIe siècle : quels modes de relation au passé ?

Devenu un mot-valise, qui produit de l’indifférenciation, le patrimoine est, à bien des égards, dissocié de la relation au passé. En questionnant les modes de représentation du passé dans les processus de patrimonialisation, de conservation, de collection et de médiation, il s’agit tout d’abord d’étudier à nouveaux frais le patrimoine comme mode de relation au passé et au futur. Le colloque aborde également la question sous l’angle du statut du patrimoine, entre processus d’individuation et processus de socialisation, et il examine les effets du patrimoine et de sa médiation, tant du point de vue des subjectivités individuelles que de leurs relations avec les représentations sociales. L’étude des appropriations sociales, culturelles, voire politiques du patrimoine doit enfin permettre de questionner l’a priori selon lequel il existe aujourd’hui un intérêt accru pour le passé et de se demander si le patrimoine fait société.

logo-accueil.png

Matérialité, immatérialité, dématérialisation

Le colloque met l’accent sur la matérialité des artefacts (fonds, collections, sites archéologiques, monuments), sur la dimension anthropologique de leur conservation et sur les questions que soulèvent leur actualité et leur devenir physique. Il présente les avancées de la recherche dans le domaine de l’étude matérielle du patrimoine et montre la façon dont sciences expérimentales, sciences humaines et sociales et sciences de l’information et de la communication se fécondent mutuellement. Sont également interrogés les effets du développement du patrimoine immatériel et sa relation au patrimoine matériel. Le colloque traite amplement, par ailleurs, des enjeux anthropologiques, sociaux et épistémologiques du patrimoine virtuel (numérisé ou nativement numérique et accessible en ligne), ainsi que de ses usages. En contexte de globalisation de la circulation des données et des savoirs, il rend compte des recherches de pointe menées dans le domaine du web sémantique.

Les labex à dimension patrimoniale étant construits sur des partenariats structurels avec les institutions patrimoniales, ils sont le creuset d’expériences de recherche inédites, souvent novatrices. Le colloque se propose d’en présenter les principales avancées institutionnelles et méthodologiques, les éventuels freins, et de dessiner des perspectives pour les années à venir.

Tourné vers un large public, le colloque « Les patrimoines en recherche(s) d’avenir » se propose ainsi d’ouvrir, durant deux jours, un débat public au carrefour de la recherche, des politiques et des pratiques culturelles.

Toutes les informations sur le programme, les intervenants, etc. sont disponibles sur le site de l'événement

Les conclusions du colloque sont à téléchargeables ci-dessous.