Share

Actualités

Share
Déplier Replier
16.06.2017

Prix de thèse du Musée du quai Branly-Jacques Chirac

Le musée du quai Branly-Jacques Chirac attribue deux prix de thèse pour aide à la publication d’un montant total de 8 000 €  à deux thèses de doctorat qui se distinguent par leur intérêt scientifique et leur originalité.
 

Le département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly – Jacques Chirac souhaite encourager et soutenir les travaux de recherche dans les domaines des arts occidentaux et extra-occidentaux, des patrimoines matériels et immatériels, des institutions muséales et de leurs collections, de la technologie et de la culture matérielle. Les disciplines concernées sont l’anthropologie, l’ethnomusicologie, l’histoire de l’art, l’histoire, l’archéologie, les arts du spectacle et la sociologie.

A cette fin, deux prix de thèse pour aide à la publication d’un montant total de 8 000 euros sont attribués chaque année à deux thèses de doctorat qui se distinguent par leur intérêt scientifique et leur originalité.

Seront prises en compte les thèses rédigées en français ou en anglais soutenues depuis le 1er octobre 2015 (une seule candidature est possible). Cette thèse doit traiter d'un sujet lié aux champs de recherches privilégiés par le musée.

La sélection sera effectuée par le Comité d’évaluation scientifique du musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Connaître la procédure pour candidater
Share
Déplier Replier
10.05.2017

Jouir ?

Le nouveau numéro de la revue Terrain, intitulé "Jouir ?", est disponible en librairies. Il enquête sur le plaisir des sens pour le décliner à l’interrogative, en observant les manières variées de le penser, le simuler, le susciter ou de s’en détourner dans différentes sociétés.

Sommaire

Introduction

Jouir ailleurs et autrement. Du spasme végétal à l’oreiller psychopompe

Agnès Giard, Emmanuel Grimaud & Anne-Christine Taylor

« Déjouir ». Note sur l’exhibitionnisme pudique et les affinités électives en Amazonie indigène

Philippe Erikson

Un orgasme dans les vers et la gangrène ? Discontinuités historiques dans les chastes jouissances de la mystique Lydwine de Schiedam (xxe-xve siècle)

Chloé Maillet

Étreindre les êtres du rêve. L’oreiller comme partenaire au Japon 

Agnès Giard

Du divan à la boîte à orgone. La science orgasmique de Wilhelm Reich

Andreas Mayer

Jouir comme des bêtes. Orgasme animal et domination interspécifique 

Don Kulick

Portfolio

Les prospérités du fouet. La flagellation ou la logique de l’excès

Christophe Granger

Portfolio

Jouir dans le cyberespace. Initiation au plaisir virtuel

Yann Minh

Portfolio

Sur qui tire le chasseur ? Jouissances dans les bois

Sergio Dalla Bernardina

Portfolio

Perles de hanches et fumées d’encens. L’économie domestique du plaisir à Dakar

Ismaël Moya

 

La revue Terrain en ligne
Share
Déplier Replier
03.05.2017

Austrasie, le royaume mérovingien oublié

Du printemps à l’automne 2017, le musée d’Archéologie nationale présente une exposition dédiée à un royaume oublié du début du Moyen Âge : l’Austrasie.

Des découvertes archéologiques récentes dans l’Est de la France, notamment à Saint-Dizier, ainsi qu’une relecture des manuscrits de cette époque, permettent désormais d’éclairer d’un jour nouveau la vie quotidienne et l’organisation sociale de ce royaume, créé lors du partage du royaume des Francs à la mort de Clovis et dont la capitale était Reims. Berceau des premiers rois Francs, les Mérovingiens, ce royaume s’étendait sur l’Est de la France, la Belgique, le Luxembourg et l’Ouest de l’Allemagne. Entre 511 et 717, cette « Terre-de-l’Est », cette Austrasie, a été un royaume puissant qui a connu un rayonnement important aussi bien sur le plan politique qu’économique.

Mais le nom « Austrasie » a disparu des mémoires, contrairement à la Bourgogne ou à l’Aquitaine, régions qui ont également été de grands royaumes à cette époque. La réforme territoriale a fait en partie renaître en 2016, cette « Terre-de-l‘Est » sur le territoire français avec la création de la Région Grand-Est.

À l’heure où le questionnement identitaire sature l’espace public, l’exposition est aussi l’occasion de montrer comment s’est construite l’identité culturelle de ce royaume après le temps des grandes migrations à partir de peuples aux origines variées : anciens habitants de l’Empire romain, Germains, Francs et autres soi-disant « barbares ». En Austrasie, encore plus que dans les autres royaumes mérovingiens, un important métissage culturel a été à l’origine de la civilisation médiévale.

Les visiteurs découvriront à travers une muséographie interactive un monde complexe et dynamique, bien loin des clichés véhiculés par les artistes de la fin du XIXe siècle, comme Evariste Luminais ou Eugène Philastre qui ont bâti une légende noire des souverains mérovingiens.

Après une première étape à Saint-Dizier à l’automne et l’hiver derniers, cette manifestation propose ainsi de découvrir, à Saint-Germain-en-Laye, autour de collections du musée d’Archéologie nationale, telle l’épée du chef de Lavoye ou le coquillage de l’Océan indien de la tombe de la dame de Chaouilley, des objets exceptionnels prêtés par de grands musées européens.

Les musées de Cologne et de Stuttgart en Allemagne, le musée d’Amay et les musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles en Belgique, ainsi que le musée national d’Histoire de l’Art du Luxembourg ont prêté des ensembles rares, comme les bijoux de la dame de Grez-Doiceau ou encore les éléments d’architecture de la tribune de la première église abbatiale d’Echternach, aux entrelacs délicatement ciselés.

De nombreux objets, précieux ou modestes, sont également le fruit des recherches archéologiques menées en France. L’anneau et la fibule attribués à l’évêque Endulus, par exemple, ont été découverts lors de fouilles de sauvetage de l’ancienne abbaye Saint-Evre de Toul en 1974, alors que le mobilier funéraire de la tombe du jeune chef mise au jour en 2002 à Saint-Dizier ou les vases et objets du quotidien découverts dans un habitat rural à Prény en Lorraine, sont issus de récentes campagnes de fouilles de l’Inrap.

Présentée à l’occasion du 150e anniversaire du MAN inauguré le 12 mai 1867, cette exposition rappelle la vocation du seul musée national dédié à l’archéologie de notre pays, de la Préhistoire à l’an Mil : soutenir par des partenariats actifs les projets des musées territoriaux et contribuer à la diffusion de la recherche archéologique en France auprès d’un large public.

Labellisée d’intérêt national, cette exposition a été réalisée en coproduction avec le musée de Saint-Dizier, grâce à une convention-cadre de développement culturel signée en novembre 2014 entre la ville de Saint-Dizier, le département de la Haute-Marne, alors la région Champagne-Ardenne, l’Inrap et le MAN. Elle est présentée à Saint-Dizier depuis le 16 septembre 2016 jusqu’au 26 mars 2017.

Austrasie, le royaume mérovingien oublié - Exposition au MAN
Share
Déplier Replier
28.04.2017

Correspondancias maromeras

Charlotte Pescayre, doctorante contractuelle au labex Les passés dans le présent,  a remporté un prix du CRESPIAL "Sauvegarde du patrimoine immatériel" pour son projet "Correspondancias Maromeras".

Charlotte Pescayre, doctorante contractuelle au labex Les passés dans le présent, a remporté un prix du CRESPIAL (Centre de Sauvegarde du Patrimoine Immatériel d'Amérique latine) pour son projet "Correspondancias Maromeras" qui vise à organiser des rencontres entre les funambules des différents villages mexicains qu'elle étudie pour sa thèse.

Ces rencontres sont prévues au cours de l'année, dont la première se tient du 28 au 30 avril 2017 à San Miguel Amatitlán (Mexique). Les autres se tiendront août et octobre et aboutiront à une recontre nationale des maromeros en janvier 2018.

Le projet a encore besoin d'aide pour boucler son organisation et une collecte est ouverte sur une plateforme de financement participatif.

Soutenez le projet Correspondancias Maromeras
Share
Déplier Replier
24.04.2017

Appel à chercheurs 2017-2018 de la BnF

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s'associer le concours de chercheurs pour l'année universitaire 2017-2018.

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s'associer le concours de chercheurs pour l'année universitaire 2017-2018. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 50 000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. L'appel à chercheurs de la BnF s'adresse aux masterants et doctorants. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d'éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; étude de l'histoire du livre et des bibliothèques ; étude de l'histoire de la photographie.

3 thèmes de recherche sont retenus pour cet appel

  • Axe 1 : Etude et valorisation des collections ;
  • Axe 2 : Etude du livre et des bibliothèques ;
  • Axe 3 : Etude de l’histoire de la photographie.
Consulter l'appel à chercheurs de la BnF
Share
Déplier Replier
27.01.2017

Ingénieur de développement

Pour le projet MODREF au sein du labex Les passés dans le présent, l'université Paris Nanterre recrute un ingénieur de développement (ingénieur d'études).

Pour le projet de recherche « Modélisations et référentiels », qui fédère au sein du labex Les passés dans le présent plusieurs projets de recherche en prise sur les humanités numériques, l’université Paris Ouest Nanterre La Défense recrute un ingénieur d’études en contrat à durée déterminée.

Durée du contrat : 12 mois
Lieu de travail : Université Paris  Nanterre
Salaire brut mensuel d’au minimum 1764€, variable selon expérience.
Date de début du contrat : Février 2017

L'Ingénieur de développement sera chargé  :

  • de la validation de données migrées de bases de données relationnelles vers des Triplestore RDF ;
  • du développement de requêtes SPARQL, d’interfaces d’interrogations et  de widgets (Python, javascript, etc.) qui exploiteront les triplestores.
Plus d'informations sur le poste d'ingénieur de développement
Share
Déplier Replier
12.01.2017

Formation continue

Formation continue d’agents de la fonction territoriale du Conseil départemental des Hauts-de-Seine sur les problématiques du DU «Médiations du passé».

Formation continue d’agents de la fonction territoriale sur les problématiques du DU «Médiations du passé». Cette formation sur mesure permet aux participants de développer une recherche-action de valorisation des collections départementales des Hauts-de-Seine en rapport avec leur institution respective et les partenaires du labex.
Cette journée vise à introduire les premiers participants aux enjeux de la médiation de l’histoire et du patrimoine culturel via des dispositifs numériques.

Le DU "Médiations du passé"
Share
Déplier Replier
01.01.2017

Meilleurs voeux

Toute l'équipe du labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire vous adresse ses vœux chaleureux pour l'année 2017! Qu'elle soit riche en réussites, nouvelles collaborations et projets fructueux.

Share
Déplier Replier
01.01.2017

Diplôme universitaire

Ce DU intitulé "Médiations du passé : histoire, patrimoine, mémoire" est ouvert en formation continue et en formation tout au long de la vie.

Ce diplôme universitaire vise à donner aux professionnels des éléments de réflexion sur la question de la médiation du passé. Les enseignements s'appuient sur les recherches développées au sein du labex et sur un partenariat fort avec des institutions patrimoniales majeure

Présentation du DU